Abonnement Dons Devenir membre Admin
BienvenueLama Lobsang SamtenEnseignantsActivitésLa philosophie bouddhiste tibétaine
Introduction aux étapes du cheminPetite capacitéMoyenne capacité
Développer l'aspiration d'atteindre le NirvanaLes trois entraînements supérieursLes quatre Nobles VéritésLes douze liens interdépendants
Grande capacitéLe bonheurLes deux véritésL'esprit et les cinquante et un facteurs mentauxLes 110 aspects de l'omniscienceLes signes et marques du corps d'un bouddhaLa propre nature de bouddhaConclusionEnseignementsRéférences
Album photoBoutiqueParrainez un TibétainLe Centre ParamitaLiens utilesNous contacterCarte du site

Développer l'aspiration d'atteindre le Nirvana

Renonciation aux royaumes supérieurs

Les royaumes supérieurs sont ceux des humains, des demi-dieux et des dieux (qui se manifestent dans le royaume du désir, dans le royaume de la forme ou dans le royaume sans forme).

Or, il est important de réaliser que chacun de ces royaumes comporte son lot de souffrances. Les souffrances des enfers chauds et froids sont insoutenables. Certaines personnes douées de facultés particulières peuvent percevoir ces enfers qui sont au nombre d'une vingtaine. Les souffrances endurées par les esprits avides sont aussi effroyables, alors que celles des animaux sont absolument accablantes.

Quant à l'être humain, il ne peut laisser sa main au-dessus d'une flamme, ne serait-ce que quelques secondes, sans ressentir une grande douleur. En hiver, nous ne pouvons rester dans le froid plus que quelques minutes. Passer une seule journée sans boire ni manger représente une grande difficulté, et une simple piqûre d'abeille peut être un supplice.

Comment serions-nous alors capables de supporter la chaleur ou le froid des enfers pendant des milliers d'années comme le font les êtres qui y sont, comme l'a indiqué le Bouddha, aussi nombreux que les grains de sable compris dans tous les océans ? Comment pourrions-nous endurer, pendant des centaines d'années, l'angoisse profonde de l'incapacité d'assouvir notre faim ou notre soif comme le ressentent les esprits avides dont le nombre, comme l'a indiqué le Bouddha, est égal à la quantité des grains de sable contenus dans tous les lacs et les rivières ? Comment tolérer les horreurs de l'existence animale qui, à bien des points de vue, est atroce, ceux-ci étant des milliards à devoir les vivre?

Méditer sur ces aspects du samsara provoque la terreur et l'appréhension, mais permet d'abandonner les causes d'une renaissance inférieure que sont les actions négatives du corps, de la parole et de l'esprit. On doit, de plus, cultiver les causes d'une renaissance supérieure: la compassion et les qualités vertueuses. Ces méthodes permettent de barrer la route aux renaissances inférieurs.

L'ignorance est la cause des actions négatives, et les actions négatives renforcent l'ignorance. Lama Samten explique que notre nature de bouddha, commune à tous les êtres, est comme le ciel bleu où  brille le soleil. Nos actions négatives agissent comme un écran, un brouillard, un voile dans notre esprit, un peu comme les nuages qui nous empêchent de voir le ciel bleu. Notre nature de bouddha n'est jamais souillée, seul l'esprit de chaque être peut l'être. C'est pourquoi la purification occupe une place prépondérante dans la pratique du bouddhisme. Ces purifications agissent comme un nettoyage de l'intérieur, comme quand on fait le ménage de la maison régulièrement pour éviter que la poussière s'accumule et rende l'entreprise plus difficile par la suite.

En plus des différents rituels, parfois très élaborés, qui permettent de se nettoyer graduellement, on peut aussi utiliser les prosternations qui servent à purifier les actions négatives du corps, les mantras qui permettent de purifier celles de la parole et les ofrandes qui purifient les actions négatives de l'esprit.

Tous les êtres commettent des actes qui les amènent à souffrir et à causer de la souffrance. Quand ces influences les dirigent, il leur est impossible de reconnaître leur état et de s'en libérer. N'ayant d'autre choix que de subir leur asservissement au samsara, les six sortes d'êtres se réincarnent encore et encore, dans l'un ou l'autre des six mondes du cycle des existences. Dans ce contexte, la souffrance est la base commune à tous les états; elle existe et domine tout. Faute de la reconnaître et de la comprendre, elle est subie de maintes et maintes façons.

Voici deux catégories :

Dans la première catégorie, les six types de souffrances générales du samsara sont:

    1. l'incertitude,
    2. l'insatisfaction,
    3. l'abandon réitéré de son corps,
    4. les conceptions successives,
    5. les fluctuations répétées,
    6. le manque de compagnons véritables.

Dans la deuxième catégorie, les sept types des souffrances des humains sont:

  1. la naissance,
  2. la vieillesse,
  3. la maladie,
  4. la mort,
  5. les frustrations nées du contact avec ce qu'on ne désire pas,
  6. la privation de ce qu'on désire,
  7. l'inassouvissement des désirs les plus ardents