Abonnement Dons Devenir membre Admin
BienvenueLama Lobsang SamtenActivitésLa philosophie bouddhiste tibétaine
Introduction aux étapes du cheminPetite capacitéMoyenne capacitéGrande capacitéLe bonheur
Sources du bonheur
Les deux véritésL'esprit et les cinquante et un facteurs mentauxLes 110 aspects de l'omniscienceLes signes et marques du corps d'un bouddhaLa propre nature de bouddhaConclusionEnseignementsRéférences
Album photoBoutiquePélerinagesParrainez un TibétainLe Centre ParamitaLiens utilesNous contacterCarte du site

Les sources du bonheur

Tous les êtres sensibles partagent ce même souhait : trouver le bonheur et éviter la souffrance. Peu importe notre âge, notre sexe, notre race, notre culture, ce besoin est identique à tous. Cela n'est pas seulement vrai pour les êtres humains, mais aussi pour les animaux et toutes les sortes d'êtres sensibles.

Pour trouver ce bonheur, il importe avant tout de connaître les causes et conditions réelles qui y contribuent. Quelles sont-elles? Si on prend le temps d'y réfléchir, on verra que ceux qui nous entourent n'ont pas d'identité réelle d'amis ou d'ennemis, mais que c'est notre perception d'eux qui fait que nous les considérons en tant que tel. Si une personne avait une réelle d'ami ou d'ennemi, tout le monde la considérerait comme son ami ou son ennemi. Nous savons tous que tel n'est pas le cas et que cela dépend de notre perception subjective.

Si on regarde la source de nos problèmes et souffrances, on pourra voir que ce sont nos propres perturbations mentales et notre sentiment exagéré d'auto-préoccupation. Si on croit au contraire que nos ennemis sont à l'extérieur de nous et qu'on cherche à leur nuire en laissant grandir notre colère, notre jalousie et notre orgueil, c'est qu'on se méprend sur la véritable cause de notre souffrance. Dans ces conditions, l'atteinte du bonheur est impossible.

Par ailleurs, si on y réfléchit bien, on verra que, de même qu'un champ bien cultivé nous est bénéfique et source de profit, tous les autres êtres sensibles sont bonté et profit pour nous. Notre bien-être matériel, notre réseau social, notre éducation, nos qualités, tout cela provient directement ou indirectement par l'entremise des autres êtres. S'il n'y avait pas d'autres personnes, où pourrions-nous trouver bonté et bienfait? Comprendre que les autres êtres sensibles sont les causes de notre bonheur est une réalisation nécessaire qui nous permettra de développer la compassion envers eux, racine du chemin vers l'éveil.

Malheureusement, nous souhaitons tous le bonheur, mais à cause de notre ignorance, nous agissons bien souvent de manière à nous causer du tort. Le bonheur vient des actes positifs du corps, de la parole et de l'esprit, tandis que nos problèmes découlent des actes négatifs de ces mêmes corps, parole et esprit. Par exemple, ce sont des états d'esprit tels que la colère, la jalousie ou l'orgueil qui apportent les problèmes.

D'un autre côté, le développement des qualités de l'amour, la compassion, l'humilité, la patience ou la sagesse sont sources de toutes les joies du monde.

Les états de bonheur et de souffrance proviennent la plupart du temps de la manière dont notre esprit les perçoit. Il s'agit donc d'un état intérieur. Grâce à l'entraînement de l'esprit, il est même possible de percevoir certaines souffrances comme une purification d'actions négatives déjà posées et arrivées à maturation. Plutôt que de réagir de façon instinctive en nous laissant aller au découragement et à la mélancolie, ce qui ne fera qu'aggraver notre souffrance, on peut tenter de cultiver la joie, ce qui amoindrira de beaucoup notre souffrance. Également, S'il nous arrive un bonheur particulier, nous devons nous en réjouir, parce que cela signifie que nous sommes en train de recevoir le résultat de notre pratique de l'esprit d'éveil et de la bienveillance et que nous avons donné un bon sens à notre précieuse vie humaine.

Aussi, si nous avons de la richesse matérielle, de la parenté, des amis, il faut cultiver le bonheur, parce que notre générosité et nos vertus s'accroissent et peuvent bénéficier aux autres autant qu'à nous. Si par contre nous n'avons pas de richesse matérielle, de parenté, d'amis, nous pouvons aussi faire le choix d'être contents, en pensant par exemple au fait que nous n'avons pas à nous inquiéter, rien à protéger, ni la peur de se faire voler ou la crainte de conflits.

De toutes façons, le plus important est de tenter de faire du mieux de nos capacités pour ne pas être déçus de nos actes à la fin de notre vie et de mourir l'esprit serein et joyeux. C'est très important et nous devons absolument cultiver de bons sentiments à cette fin.

Qu'on soit un homme ou une femme, la nature de base pure et heureuse de notre esprit est la même. Par exemple, il y a des êtres illuminés autant féminins que masculins. L'atteinte du bonheur dépend de notre motivation, peu importe notre sexe.

Jusqu'à ce que j'aie atteint l'illumination, je prends refuge dans l'éveillé Bouddha,Je prends refuge dans l'insurpassable doctrine,Je prends refuge dans la communauté des pratiquants qui ont transmis ces enseignements. Grâce à ma pratique de la générosité et des autres perfections, puissé-je atteindre cet état de Bouddha pour le bien de tous les êtres.

Puissent tous les êtres connaître le bonheur et les causes du bonheur, Puissent tous les êtres être séparés de la souffrance et des causes de la souffrance,Puissent tous les êtres n'être jamais séparés de la félicité sacrée qui est sans douleur,Puissent tous les êtres demeurer dans l'équanimité, libres d'attachement et d'aversion.

Om mani pémé houm

(Mantra de la compassion)

(Ensuite, court moment de silence, pour favoriser le calme et la méditation)

L'esprit d'éveil est précieux; puisse-t-il naître chez ceux en qui il n'est pas encore né, puisse-t-il se maintenir chez ceux où il est déjà présent, puisse-t-il croître de plus en plus fort.